Coloniser le système solaire, l’utopie des transhumanistes que nous contribuons à financer

Lorsque Jeff Bezos, patron d’Amazon et désormais première fortune mondiale,   déclare que « son but ultime n’est  ni le web, ni le e-commerce, mais la colonisation du système solaire », il faut le prendre au sérieux. Sous le prétexte « d’une terre bientôt trop petite pour l’humanité », mais surtout, dont beaucoup de scientifiques et d’analystes s’accordent à penser que ses jours sont désormais comptés à l’horizon 2100, il énonce clairement les termes de la grande et nouvelle utopie des transhumanistes. Si notre planète est condamnée, allons vers d’autres mondes, nous en avons désormais les moyens technologiques et nous serons un jour en mesure de reconstruire l’univers. De la science-fiction à l’état pur et en même temps une conviction absolue et une démarche stratégique extrêmement raisonnée et construite.

 Le pouvoir mondial est désormais entre les mains des GAFAM et de quelques autres et c’est eux qui détiennent les clés du long terme. Lorsque Donald Trump fixe à la NASA, à l’horizon  2030, une mission d’exploration de mars, ou que le vice-président Mike Pence annonce, très récemment, la création d’une force de l’espace, 6e composante de la défense américaine, ce n’est pas seulement pour défendre l’actuelle prédominance américaine en la matière, mais bien pour préparer l’avenir. C’est aussi sur les GAFAM que va s’appuyer la NASA pour concrétiser les ambitions de Donald Trump. Le projet Space X d’Elon Musk en est l’illustration. De là à penser qu’il existe un accord de fait, formel ou tacite, entre Trump et les milliardaires transhumanistes, il n’y a qu’un pas. « MakeAmericagreatagain » prend alors une toute autre signification. A l’actuel locataire de la Maison Blanche le court terme et des GAFAM à la manœuvre pour le long terme.

Seule la Chine affiche des ambitions identiques vis-à-vis de la conquête de mars. Les moyens dont  disposent les dirigeants chinois et les ambitions des BATX, homologues des GAFAM, sont-elles identiques et la concurrence est-elle égale ? On le saura dans les années à venir, mais la confrontation entre Chine et USA s’éclaire aussi d’un tout autre jour. Pendant ce temps le e-commerce se développe sauvagement en Europe et ruine par pans entiers la distribution traditionnelle. Chaque fois qu’ils l’utilisent, les consommateurs européens scient la branche sur laquelle ils sont assis et financent directement la conquête des étoiles portée par les transhumanistes.

Roland MICHEL

Délégué Général du Think Tank Stratégie Innovations Santé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *